Activités du CDPS Afrique Culture & Art Monde Nationales Politiques Publications

François Beltchika: la machine à voter n’a aucun fondement juridique

 

 

Dans une interview exclusive accordée à TIMES.CD jeudi 31 mai 2018, le candidat déclaré à la présidentielle de décembre, François Belchika rejette la machine à voter. Le président du parti politique le Congrès des Démocrates pour le progrès Social(CDPS) a déclaré avec force que la machine à voter qui devient une exigence n’a aucun fondement juridique ni dans la constitution ni dans la loi électorale. François Xavier Beltchika pense plutôt que ce sont les manoeuvres de la CENI en complicité avec le pouvoir en place pour retarder les élections. Il invite ainsi le peuple à la vigilance et à se prendre en charge pour barrer la route à cette machine.

Il a par ailleurs montré sa position si les élections n’auront pas lieu qu’il est de ceux-là qui soutiennent qu’une transition doit être diligentée mais sans Joseph Kabila. « Kabila a un esprit de dribble, il a dribblé même les prélats catholiques. C’est un garçon à qui on ne doit pas accorder une chance » a-t-il martelé. Il exige tout de même que la CENI soit recomposée pour sa crédibilité.

Le président du CDPS et candidat déclaré aux élections prochaines se dit être prêt à s’aligner avec les autres candidats pour une candidature commune de l’opposition. Mais il n’exclut pas le programme et le profil que doit avoir ce candidat pour que le peuple congolais ne retombe plus dans les pleures et grincements de dents. Le peuple a besoin de quelqu’un qui aime le Congo.

A la question de savoir quelle est sa philosophie politique, Beltchika dit ne pas entrer dans la démagogie. Il pense d’abord instaurer l’autorité de l’Etat et poser des fondements solides qui aideront à ce que le pays se positionne dans son développement pour un autre mandat.

Pour le CDPS et la plateforme politique Coalition des patriotes pour la République(COPER) la campagne diabolique du PPRD de faire briguer un troisième mandat à Joseph Kabila doit cesser. Quelque soit la manière qu’il est devenu président mais l’homme reste le même et la constitution est claire en passant aussi par l’accord de la Saint-Sylvestre signé en 2016. Le Président du CDPS François Xavier Beltchika condamne avec dernière énergie cette manière de faire pour offenser une fois de plus le peuple congolais par ce discours de troisième mandat.

Ben Bukasa/Times.cd